Centraide HCN/Manicouagan redistribue 521 000$ dans notre communauté

Centraide distribuera 504 500 $ à 39 organismes communautaires de la Manicouagan et de la Haute-Côte-Nord pour la période allant du 1er avril 2014 au 31 mars 2015. À cela, s’ajoutent 15 000$ pour le fonds « Retour en classe » et 1 500 $ au fonds « Secours aux familles ».

 

Financement des organismes

« 100% de l’argent que Centraide remet aux organismes provient des dons de la population. Il est donc essentiel pour nous de faire des choix judicieux et de nous assurer que le maximum est fait avec chaque dollar reçu », mentionnait d’entrée de jeu la directrice générale Annie-Claude Grondin.

 

Centraide HCN/Manicouagan a toujours fait bonne figure au sein du secteur de la philanthropie avec des frais de campagne, d’administration et de communication combinés de 15 %. La moyenne nationale, pour les organismes sans but lucratif, est de 26 %, selon Imagine Canada. Cela signifie que pour chaque dollar donné à Centraide, 85 cents sont remis aux organismes et servent directement aux personnes démunies.

 

Afin de conserver cette proportion et suite à une campagne plus modeste, l’équipe de Centraide a considérablement compressé son budget de fonctionnement. Par ailleurs, 50 000$ provenant de surplus des fonds non-épuisés des années, ajoutés au montant prévu pour les allocations aux organismes.

 

Plus précisément, cela signifient que 110 281$ ont été remis à 9 organismes de la Haute-Côte-Nord et 394 197 $ à 29 organismes de la Manicouagan.

 

Processus d’allocation

 

Le processus d’analyse des demandes d’organismes et de l’allocation des fonds est assuré par des bénévoles compétents et représentatifs de la communauté, assistés par la permanence de Centraide ainsi que son conseil d’administration.

Ceux-ci attestent que les services offerts par les organismes répondent à des besoins spécifiques de la communauté, dans le respect de certains critères, en accord avec les priorités d’actions mises en place par le conseil d’administration.

  • Amélioration des conditions de vie
  • Santé des gens et des collectivités
  • Réussite des jeunes

 

Somme toutes, seuls 3 organismes se sont vu refuser un financement pour la période 2014-2015. Ces organismes ne pouvaient démontrer la nécessité d’une aide financière pour implanter, maintenir ou consolider leurs services, puisque leurs actifs non-affectés étaient importants.

 

Fonds Centraide

 

Afin de maximiser le montant versé aux organismes, certains des fonds « spéciaux » propres à Centraide n’ont pas été reconduits cette année. En laissant tomber les fonds « projets spéciaux » et « mobilisation communautaire », qui étaient d’ailleurs peu utilisés, nous avons pu économiser 22 000$ qui a été injecté dans les subventions aux organismes. Le fonds « Secours aux familles » et « retour en classe » ont été conservés vu leur grande utilité dans la communauté.

 

Le fonds secours aux familles permet d’assurer une aide ponctuelle à des personnes vivant une situation particulièrement difficile. Il permet une première étape d’intervention, pour combler les besoins de base : se loger, se nourrir, se vêtir. Les personnes qui en bénéficient sont orientées vers les organismes communautaires appropriés afin de développer des moyens leur permettant d’éviter que de telles situations se répètent.

 

Le fonds « Retour en classe » permet une meilleure intégration des enfants moins favorisés; ils découvrent la réussite, la fierté et la dignité. Un montant de 50 $ par enfant est accordé pour couvrir une partie des frais ou, pour l’achat du matériel scolaire.  Dans les cas où il s’agit d’un retour à l’école après un décrochage, ou d’études post-secondaires, l’aide accordée peut atteindre 300 $.

 

Bien évidemment, malgré les efforts déployés par le comité d’analyse et l’équipe de Centraide pour minimiser l’impact d’une campagne plus modeste, il y a eu, de façon générale, une diminution des allocations accordées aux organismes.

 

«Tout au long du processus, nous nous sommes assurés d’informer et de partager avec les organismes car il était important pour nous d’agir en concertation. Je pense que malgré le fait que nous n’avons pas été en mesure de combler les demandes à 100%, nous avons contribué à bâtir des liens forts et de confiance avec les organismes-partenaires, » expliquait la directrice générale.